Enseignement secondaire


Les personnels de l’éducation nationale votent pour élire les instances de concertation correspondant à leur situation entre le 13 et le 20 octobre 2011. En 2011, la fonction publique modernise le mode d’élection et le fonctionnement de ses instances de concertation. À cette occasion, l’éducation nationale adopte donc le vote électronique par internet comme seul mode de scrutin.(accédez ici)

Les maîtres auxiliaires sont invités à formuler leur candidature, par l’intermédiaire d’une application informatique « LILMAC » (Accédez ici). La campagne de saisie des vœux s’effectue donc en ligne et est ouverte 24 heures sur 24 du 19 septembre au 06 octobre 2011 inclus à minuit.
Aucune candidature ne sera prise en considération après la période d’inscription.

Communiqué de presse : Les mesures en faveur des MA de l’enseignement du second degré en Nouvelle-Calédonie.

publié le 18 sept. 2011 à 17:05 par David Meyer   [ mis à jour : 18 sept. 2011 à 20:05 ]

En ce qui concerne les mesures en faveur des MA, le moindre pas de fourmi constitue aujourd’hui une avancée majeure. Aussi, la fédération des fonctionnaires ne peut que se réjouir de ce progrès significatif.

Toutefois, nous regrettons toujours le manque d’ambition de cette loi qui ne prévoit, au mieux, que l’intégration de 90 MA sur plus de 400 recensés sur le « vivier » du Vice-Rectorat.
Moins de ¼ des MA pourrait donc être concerné par une mesure étalée sur 5 ans.
5% des MA pourraient être concernés chaque année ; c’est bien mais l’ampleur de la mesure est à la hauteur de la considération qui leur est apportée.
Ainsi, 20 personnes par an feront les frais, au sens propre, de cette mesure. En effet, le billet d’avion et les frais de séjour en métropole, pour les épreuves orales, sont à la charge du postulant.
Ce dispositif permet au bénéficiaire méritant, s’il en a les moyens, de se payer un séjour en métropole pour l’hypothétique réussite à un concours, sans aucune certitude d’avoir un salaire le mois suivant.
D’autant que l’analyse statistique des résultats aux concours nationaux présentés par nos MA, montre que les calédoniens réussissent mieux à l’écrit mais que l’oral reste un obstacle important.
De fait, ce dispositif risque d’aboutir à une sélection sociale qui ne nous semble pas conforme à l’esprit de laïcité et d’égalité des chances, symboles des valeurs de l’école républicaine auxquelles nous sommes attachés.

Nous renouvelons notre proposition d’un projet ambitieux visant à un retour à une « situation normale » (5% de MA au lieu des 20% actuels) tout en « réparant » l’injustice faite à l’encontre de MA à la compétence reconnue puisque le Vice-Rectorat accepte leur dévouement depuis 24 ans pour le plus ancien.
La situation des MA est, et demeure, extrêmement précaire (rupture de contrat du jour au lendemain).
La précarité de l’emploi compromet, pour chacun d’entre eux, la possibilité de bénéficier de cette mesure.
Concours réservés, listes d’aptitude et CDI doivent être proposés, par mesures exceptionnelles sur 5 ans, basés sur les seuls critères qui permettent la reconnaissance de la compétence professionnelle constatée et évaluée sur le terrain.

En conclusion, nous parvenons difficilement à partager l’enthousiasme que l’on tente d’imposer.


Le secrétaire général du FFE Fédération des Fonctionnaires Enseignement
Relais du SE-UNSA en NC
ROUX Philippe

1-1 of 1